Ouvrir le menu principal

Page:Verlaine - Œuvres complètes, Vanier, I.djvu/269

Cette page a été validée par deux contributeurs.



III


I


Désormais le Sage, puni
Pour avoir trop aimé les choses,
Rendu prudent à l’infini,
Mais franc de scrupules moroses,

Et d’ailleurs retournant au Dieu
Qui fît les yeux et la lumière,
L’honneur, la gloire, et tout le peu
Qu’a son âme de candeur fière,

Le Sage peut dorénavant
Assister aux scènes du monde,
Et suivre la chanson du vent.
Et contempler la mer profonde.