Page:Verhaeren - Poèmes, t1, 1895, 2e éd.djvu/189

Cette page a été validée par deux contributeurs.
183
les moines


Le sang frappe l’autel et sur terre s’épanche,
Éclabousse de feu les murs éblouissants,
Mais quoi qu’ils aient souffert depuis dix-huit cents ans,
L’hostie est demeurée implacablement blanche.