Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/64

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Les Pâques


C’était un remuement de seaux et de balais,
De haut en bas de la maison, vers Pâques ;
On étalait,
Abondamment, par larges flaques,
Les cirages mœlleux et les onguents épais,
Sur les meubles de chêne et d’acajou moirés ;
Et l’on frottait si fort que les cristaux dorés
Et les vases pansus et les tasses légères
En frémissaient, pendant huit jours, aux étagères.