Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/60

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Le Jardin


Derrière la maison s’ouvrait l’ample jardin :
Bouquets déjà fanés, fleurs non encor mûres,
Et l’ombre, et le soleil et le grand vent soudain
Ployant sous ses longs bras l’unanime ramure.


Et des oiseaux dans l’air, et des poissons dans l’eau,
Et le vol jaune et vert des insectes fragiles,
Et les nids des pinsons, là-haut, dans les bouleaux,
Et l’image de Pan, sur un socle d’argile.