Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/52

Cette page a été validée par deux contributeurs.




Oh ! le trouble dans les maisons :
Enfants joyeux et parents tristes ;
Et les repas pris au hasard et les frissons
Et les affres au cœur des buralistes ;
Et le sonneur ne sonnant plus
Ses ponctuels angélus ;
Et le docteur laissant mourir ses vieux malades ;
Et l’existence entière au flux et au reflux
D’inoubliables bousculades !


Encor, si le soleil s’était montré ;
Mais les brumes régnaient : les prés
De Rupelmonde et de Tamise
Étaient couverts d’étoupes grises
Et les mares fumaient, comme du lait.
Nul ne savait l’heure
Et chacun en parlait.
L’instant où l’on vivait semblait à tous un leurre.
Enfin, on fit venir de Gand
Un textuel et loquace savant
Qui répara les mécaniques ;
Mais, à peine fut-il parti,
Que les cadrans firent la nique