Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/48

Cette page a été validée par deux contributeurs.


L’Horloger


À la vitrine, où s’accrochaient
Quelques bagues et maints hochets,
On s’arrêtait pour voir,
Le soir,
En sa boutique, l’horloger
Qui remuait, avec des doigts légers
Et des pinces très minces,
Mille ressorts à reflet d’or
En des soucoupes ;
Et tout à coup, comme un vieux fou,
Face pâle, levait vers nous
Son œil géant, avec sa loupe.