Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/43

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Une porte s’ouvrait :
Et tout à coup c’était
Un enchevêtrement
De madriers carrés et de solives rondes ;
Et brusquement,
C’était une autre vie, un autre monde
Qui m’attendaient sous ces grands toits.
Je regardais presque sans voir, là, devant moi,
— Ruines ou décombres —
Se bosseler de gros tas d’ombres
Et pendre, au long des murs,
Un cortège figé de grands voiles obscurs.
Des rayons d’or et de poussière
Filtraient d’entre les joints des pierres
Et remuaient leur immobilité ;
Tout semblait morne et sourd et envoûté :
Les vieux habits, les lits boiteux, les vieilles cages,
Les horloges et leurs marteaux
Et les bahuts et les dressoirs dont l’âge
Avait rongé la plinthe et fendu les vantaux ;
Seule, dans l’angle, au Nord, telle un vacarme,
S’ouvrait, brutale et crue,
Sur la lumière de la rue,
Une lucarne.

41