Page:Verhaeren - Les Tendresses premières, 1904.djvu/27

Cette page a été validée par deux contributeurs.




Ils arrivent, des horizons de lime et d’ombre
Sournois, têtus, compacts, mystérieux.
Le sol en est dément. Leur nombre ?
— Feuilles des bois, grains des blés mûrs, grêles des cieux !
Ils sont pareils aux menaces qui passent
Et leur déroulement, pendant la nuit,
Est si lointain qu’ils semblent faire,
De lieue en lieue, une ceinture à la terre
Et, maille à maille, et, bruit à bruit,
Serrer en eux tout l’infini.


Oh ! qu’ils me sont restés imprimés dans la chair
Les pas que j’entendais, par les soirs de décembre
Et les routes de l’hiver clair,
Venir du bout du monde et traverser ma chambre !