Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/99

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


toujours au-delà de notre heure. Je ne le comprends jamais.


CLAIRE


Je le comprends toujours.


HAINEAU


C’est une erreur de mettre toute sa volonté au service de
certains rêves. Qui souffle trop dans la canne fait éclater le verre…


CLAIRE


Ne discutons pas. Tu es un violent, qui se sent faible et
maladroit… Si tu viens ici, chez lui, c’est pour demander quelque chose. Qu’est-ce ?…


HAINEAU, (avec orgueil)


Je viens ici pour te dire que hier, moi qui te parle, j’ai maîtrisé la
foule, j’ai défendu Hérénien. j’ai obtenu qu’on l’acclamât. Ma ténacité a vaincu sa mauvaise fortune.