Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/59

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


remords, celui que vraiment je suis : un pauvre être humain, rarement tranquille, impétueux d’orgueil et de tendresse, d’autant plus exigeant qu’il aime davantage..
Où est l’enfant ?


CLAIRE, (désignant la porte à droite)


Dans notre chambre. Il dort.


HÉRÉNIEN


Que de fois j’ai désespéré mon père ! Mes sursauts de volonté
étaient si fous qu’il me battait et que sous les coups je lui criais, je lui pleurais, je lui hurlais quand même ce que je voulais. Dire qu’aujourd’hui, j’étranglerais mon fils s’il m’imitait.

Un obus éclate non loin de la maison. Hérénien et Claire s élancent à la fenêtre. La foule acclame Hérénien.

Vraiment, c’est le bon temps pour s’aimer. Rien ne rapproche plus que ces drames et ces alarmes. Je nous vois encore aux premiers mois de notre tendresse ; je te trouve plus belle toujours ; je t’apporte mon amour aussi sincère, aussi ardent, aussi total que jamais.