Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/52

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Un ordre ! Mais ce sont de pareils ordres qui ruinent un peuple ! Calcule-t-on le nombre des défenseurs quand le deuil est infini ? Sépare-t-on pour la mort ceux qu’unit le même danger ? J’exige que vous fassiez place à tous.


L’OFFICIER


Je ne puis.

Hérénien s’approche du cadavre de son père et lui découvre le visage et le torse.



HÉRÉNIEN


Pendant vingt ans, celui-ci fut soldat.
Il a suivi vos chefs au bout du monde.
Il s’est battu sous les pôles, dans le désert et sur la mer.
Trois fois, il traversa l’Europe entière,
En une effrayante tempête
De drapeaux fous et d’aigles d’or et de lumières !
Est-ce à lui qu’on refuse l’entrée d’Oppidomagne ?


L’OFFICIER


À tous ceux qui vous suivent.