Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/37

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




UN AUTRE


Par ici… Par ici… vers la droite… vers la droite.

Mais le vieillard se cramponne à la civière et se maintient, le visage tendu vers le couchant et les brasiers.



UN AUTRE


Le pauvre ! … s’il savait !


PIERRE HÉRÉNIEN, (à voix presqu’éteinte)


Jacques Hérénien, viens près de moi, tout près. Que je meure en
touchant avec mes doigts… (Il le caresse) et regardant, là-bas, avec mes yeux… ce que j’ai aimé le plus au monde… J’ai été comme insensé de toi. Jamais, je ne t’ai renié ; j’ai presque béni les peines et les chagrins que tu m’as faits ; puis, en même temps que je t’aimais, j’ai adoré la terre. J’ai vécu avec le soleil, comme avec Dieu… c’était le Maître visible… Je me serais cru puni, si j’étais mort, pendant la nuit, en son absence. Heureusement, il est là devant moi et je lui tends les bras. (Il se soulève vers l’incendie). Je ne le vois déjà plus, mais je sens toujours sa bonne et victorieuse lumière…