Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/32

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




JACQUES HÉRÉNIEN


Par ici, mes amis. Déposez-le doucement.

Aidant les porteurs. Puis, comme se parlant à lui-même :


Pauvre vieux ! pauvre vieux ! n’avoir pu mourir, comme son père, dans son lit ! Oh ! ces guerres, ces guerres, il les faut haïr avec des haines de diamant !


PIERRE HÉRÉNIEN


Hérénien, Hérénien !


JACQUES HÉRÉNIEN


Me voici, père, tout près de toi, tout près de tes yeux et de
tes mains ; tout près de toi, comme jadis, au temps de mère, si près, que j’entends ton cœur battre. Me vois-tu ? m’entends-tu ? sens-tu que je suis celui qui t’aime toujours ?


PIERRE HÉRÉNIEN, (haletant)


Cette fois, c’est la fin. Tu ne pourras plus me transporter
jusque chez toi, dans Oppidomagne. Je suis heureux