Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/164

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



Il désigne la statue — des huées — on crie : « Abattez-la, abattez-la ! » Des ouvriers saisissent des barres pour l’abattre et montent sur le piédestal.

Il a vaincu sa pourriture : ses consuls lâches, ses lois bâtardes, ses
coutumes honteuses, ses armées à gages.


LA FOULE


Abattez-la ! Abattez-la !


HAINEAU


Il a nettoyé ses banques voleuses, son trésor, ses parlements et
ses conseils : il a tué tous les antagonismes. Cette image raille ce qu’il a fait.

Il désigne la statue.



LA FOULE


— Oh l’antique canaille !
— La sinistre poupée !
— L’horrible gouge !


DE TOUTES PARTS


Abattez-la ! Abattez-la !