Ouvrir le menu principal

Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/157

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.




GROUPES DIVERS SUR LES GRADINS


— Quelle foule ! Jamais cette place ne la contiendra.
— Comme il était aimé ! Des gens comme lui ne devraient pas
mourir.


GROUPE DE FEMMES


— Sa femme suit la civière.
— C’est elle qui porte l’enfant.
— C’est une chrétienne !
— Une romaine !
— Silence : voici le corps.

La civière apparaît, elle fait le tour de la place ; des gens pleurent, d’autres acclament, d’autres tombent à genoux — quelques femmes font le signe de la croix. — Sur les gradins, des grappes humaines se forment pour mieux voir.



DES JEUNES GENS


Se portant au devant du corps qui passe. Avec prière, avec exaltation :

— Hérénien, Hérénien, tu fus notre seul maître !
— Je ne sais pas un feu de ma pensée
Que ton ardeur comme un grand vent n’ait attisé !