Page:Verhaeren - Les Aubes, 1898, éd2.djvu/114

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


joyeusement, aux yeux des Consuls ; je leur fais la plus inoubliable des injures et je me réfugie en votre justice. Désormais, c’est vous qui répondrez de ma tête. (Cris d’enthousiasme).

On peut me frapper, de toutes parts. Ne suis-je pas la cible miroitante, que toutes les flèches attaqueront ?
Jurez-moi donc — quelle que soit la calomnie qu’on répandra, quelle que soit la fable folle ou vraisemblable qu’on inventera — jurez-moi de me suivre, les yeux aveugles, mais le cœur clair. (On jure, on applaudit). Ce doit nous être une joie et une fierté de nous appartenir, de haïr, d’aimer et de penser de même. (Acclamations).
Je serai votre âme et vous, mes bras. Et nous réaliserons ensemble de si magnifiques conquêtes d’humanité, que les voyant, grâce à nous, devant eux, vivantes et éclatantes, les hommes dateront le temps, du jour de notre victoire !

Acclamations ; le calme revient ; Hérénien ajoute :

Et maintenant, je demande à Vincent Le Breux et à Charles Haineau de me rejoindre ici. Je veux qu’entre nous ne subsiste plus aucune ambage.