Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/176

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Qu’il fit accueil, portes ouvertes,
À la haine innombrable, exaltante et alerte.

Il s’embarqua tel jour d’été,
Quand les vents d’Est couvrent l’immensité
De l’écumante et fougueuse avalanche
Des, vagues blanches ;
Il s’embarqua vers l’Orient,
Jeune, ferme, rapide et souriant,
Voyant déjà surgir au clair de ses prunelles
Les golfes d’or des Dardanelles.

Hélas ! qui donc eût cru que bref serait son rêve
Et que jamais son poing farouche et violent
N’arborerait dans un combat sanglant
Le glaive ?
Hélas ! qui donc eût dit qu’en ces pays vermeils
Où tout lui semblait joie, amour, splendeur et fête,
Son cerveau trop ardent sous son front de poète
Serait tué par le soleil ?