Page:Verhaeren - Les Ailes rouges de la guerre, 1916.djvu/106

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Mais par-dessus la barre et l’angle du fronton
S’élançait la ferveur d’une ligne chrétienne.

Ainsi
Sans heurt aucun, ni sans rudesse,
La foi y soulevait vers le ciel la sagesse
Et dotait la raison des ailes de l’esprit ;
Le monument total était si bien construit
Qu’on ne distinguait guère
Où le marbre joignait la pierre,
Ni sur quel horizon tranquille ou emporté
Il imposait aux yeux sa plus nette beauté.

Il triomphait quand l’ombre à l’aube était unie ;
Trente siècles le dédiaient à l’univers ;
Il était un, profondément, quoique divers,
Et le vent dispersait sa nombreuse harmonie
Sans divulguer jamais
Qui de Paris, ou d’Athène, ou de Rome
Rendait l’accord aussi divinement parfait
Pour en charmer l’âme de l’homme.