Page:Vanloo, Leterrier et Tréfeu, Le Voyage dans la Lune, 1877.djvu/20

Cette page a été validée par deux contributeurs.



VLAN.

Mais nom d’un petit bonhomme ! tu n’as pas le sens commun !… Car enfin un garçon de ton âge, surtout quand il a un père… suis bien mon raisonnement… (S’apercevant que Caprice n’est plus à côté de lui.) Eh bien !… c’est comme cela que tu m’écoutes ? Qu’est-ce qu’il fait ?

Depuis quelques instants la nuit est venue et la lune, invisible aux spectateurs, se reflète dans le bassin de la fontaine.

CAPRICE, la regardant avec une sorte d’extase.

Oh ! la lune !


VLAN.

Qu’est-ce qu’il dit ?


MICROSCOPE.

Il dit : la lune.


VLAN.

La lune ! je lui parle raison et il me répond : la lune… Tu n’espères sans doute pas que je vais te la donner, la lune !


CAPRICE, allant à lui.

Eh bien ! pourquoi pas ?


VLAN.

Hein ?


CAPRICE, s’animant.

Ce pays inconnu, inexploré, que je rêvais, le voilà… je l’ai trouvé…


MICROSCOPE, à part.

Il divague !…


VLAN.

C’est de la folie galopante !…


CAPRICE.


ROMANCE
I

Ô reine de la nuit,
Reine silencieuse !
Dans le ciel ou sans bruit
Tu vas mystérieuse,
Mon cœur tout éperdu
Que ta pâleur enivre,
Mon cœur voudrait te suivre
Vers le monde inconnu !