Page:Twain - Un pari de milliardaires, et autres nouvelles.djvu/145

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Pas du tout, le marchand m’a fait la remise de sa commission.

— Le marchand ?

— Oui, je las ai achetés dans une boutique de cigares.

— Ah ! pendant que j’y pense, puisqu’il faut nous lever de bonne heure demain, il ne faut pas attendre jusque-là pour faire nos paquets. Voyons, votre parapluie, vos caoutchoucs, vos cigares… Eh ! bien, qu’est ce qui vous prend ?

— Diable ! j’ai laissé les cigares à la banque.

— Allons, bon ! Et votre parapluie ?

— Je le retrouverai, ça ne presse pas.

— Qu’est-ce que vous voulez dire ?

— C’est bon, je vais m’en occuper.

— Où est ce parapluie ?

— C’est simple comme bonjour, je n’ai qu’à…

— Où est-il ?

— Oh ! je crois que je l’ai laissé dans la boutique de cigares, mais…

— Ôtez-moi vos pieds de là ! C’est bien ce que je pensais. Où sont vos caoutchoucs ?

— Ah ! ça… dame !

— Où sont vos caoutchoucs ?

— Oh ! il fait si sec aujourd’hui ! Tout le monde dit qu’il ne tombera pas une goutte de…