Page:Twain - Un pari de milliardaires, et autres nouvelles.djvu/144

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Tiens, je l’y avais oubliée, parbleu !

— Parole d’honneur, j’ai vu bien des courriers ; dans ma vie, mais jamais, jamais, de tous les courriers que j’ai…

— J’ai fait de mon mieux pourtant.

— Allons, c’est vrai, mon pauvre ami. J’ai tort : de vous maltraiter, et d’oublier que vous vous êtes échiné, pendant que nous restions là, à nous faire du mauvais sang, au lieu de vous voter des remerciements pour tout le mal que vous vous donniez pour nous. Tout cela s’arrangera. Nous pouvons très bien prendre le train de sept heures trente demain matin. Vous avez les tickets ?

— Oui, et une belle occasion encore. Des tickets de seconde.

— Bon, très bien. Tout le monde voyage en seconde, et cela nous fera économiser un surcroît de dépense très appréciable. Qu’avez-vous payé pour les billets ?

— 22 dollars chacun, directs pour Bayreuth.

— Comment ? Je croyais qu’on ne pouvait se procurer des billets directs qu’à Londres et à Paris.

— Il y a des gens qui ne peuvent s’en procurer que là, et d’autres qui peuvent s’en procurer ailleurs. C’est mon cas, paraît-il.

— Dites donc, c’est pas mal cher !