Page:Twain - Un pari de milliardaires, et autres nouvelles.djvu/141

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Alors, pour arrêter les frais, j’ai envoyé un autre fiacre au… à….

— Où ça, au… à… ?…

— Allons bon ! J’ai oublié maintenant. Toujours est-il que la nouvelle voiture était chargée de faite régler la première à l’hôtel, et de la renvoyer ensuite.

— À quoi bon ?

— À quoi bon ? Mais pour arrêter les frais, vous dis-je…

— Vraiment ? en prenant un nouveau fiacre pour les augmenter encore, n’est-ce pas ?

À cela je ne répondis rien. L’autre reprit :

— Pourquoi n’avez-vous pas dit au nouveau fiacre de venir vous rechercher ?

— Mais, c’est ce que j’ai fait ! Je m’en souviens à présent, c’est bien cela. Oui, je me rappelle que lorsque j’ai…

— Eh ! bien alors, pourquoi la voiture n’est-elle pas allée vous reprendre ?

— À la poste ?… Mais elle est venue…

— Eh ! bien alors, comment se fait-il que vous ayez été à pied à la pension ?

— Dame, je ne vois plus du tout comment cela s’est fait. Attendez, j’y suis. Après avoir écrit la dépêche pour les Pays-Bas, j’ai…