Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Résurrection, trad. Wyzewa, 1900.djvu/67

Cette page a été validée par deux contributeurs.

rieuse et charmante, dont le charme venait de son mystère même ; à présent, la femme, toute femme, — à l’exception de ses parentes et des femmes de ses amis,— avait à ses yeux un sens très précis et très défini : elle n’était pour lui que l’instrument d’une jouissance que déjà il connaissait, et qui lui plaisait entre toutes. Naguère, il n’avait nul besoin d’argent ; il dépensait à peine la troisième partie de la pension que lui donnait sa mère ; il pouvait renoncer à l’héritage paternel et le donner aux paysans : à présent, il n’avait plus assez des 1.500 roubles par mois que sa mère lui donnait ; et déjà des explications désagréables s’étaient plus d’une fois produites, entre sa mère et lui, pour des questions d’argent.

Et cette transformation si profonde, qui s’était accomplie en lui, venait simplement de ce qu’il avait cessé de croire en lui-même et s’était mis à croire dans les autres. Et s’il avait cessé de croire en lui-même pour se mettre à ne plus croire que dans les autres, la cause en était dans ce que vivre en croyant en soi-même lui paraissait trop difficile : pour vivre en croyant en soi-même, en effet, il lui fallait se décider non pas au profit de sa personne égoïste, uniquement préoccupée du plaisir, mais au contraire presque toujours contre les intérêts de cette personne ; tandis que, à vivre en croyant dans les autres, il n’avait besoin de rien décider, tout se trouvant décidé d’avance et toujours décidé au profit de sa personne. Bien plus, en croyant en soi, il s’exposait sans cesse à la désapprobation des hommes ; tandis qu’en croyant dans les autres il était certain de s’attirer l’éloge du monde qui l’entourait.

Ainsi, quand Nekhludov se préoccupait de la vérité, de la destinée de l’homme, de la richesse et de la pauvreté, tous ceux qui l’entouraient jugeaient ces préoccupations déraisonnables et souvent ridicules ; sa mère, ses tantes, l’appelaient, avec une douce ironie, « notre cher philosophe » ; et quand, au contraire, il lisait des romans, quand il racontait des anecdotes scabreuses, quand il rapportait des détails sur le vaudeville que