Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/7

Cette page a été validée par deux contributeurs.


Dans la Puissance des Ténèbres, le comte Tolstoï, faisant abstraction de toute velléité d’art, n’a eu d’autre but que la moralisation des masses ; et, par une heureuse contradiction, heureuse surtout pour ces « citadins » qu’il ignore délibérément, tandis que sa morale a porté faux, ce drame édifiant s’est trouvé être avant tout une merveilleuse œuvre d’art.

Les journaux russes ont conté, à ce propos, une anecdote caractéristique. Comme Tolstoï venait de lire son drame à des moujiks, l’un d’eux fit observer que Nikita était bien niais de se dénoncer ainsi lui-même, juste au moment où il allait tranquillement recueillir le fruit de ses crimes : ce n’était certes point là le but que recherchait le moraliste. Les autorités russes ont-elles redouté que cette œuvre, loin d’amender les moujiks, ne fît que les endurcir ? Toujours est-il qu’elles viennent d’en interdire la vente en librairie et la représentation au théâtre.