Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - La Puissance des tenebres.djvu/237

Cette page n’a pas encore été corrigée


ACTE Y Sa MajestY. J'ai servile czar et la pattie en route et loyaut6. Et qui suis-je? Tu penses que je suis u? soldat? Non, je ne suis pas un soldat, je suis le der- nier des derniers, je suisun orphelin, je suis u? maudit. Crois-tu que j'aie peur de toi ? Oh ! que non ! le n'ai peur de personne. Si je me suis remis/? boire, eh bien Ije me suis remis// boire. Et maintenant vais, quinze jours de suite, m'infecter; je verrai aux ?. pommes la couleur des noix; je boirai jusqu'? m.? croix, je boirai mon bonnet et j'eng?gerai m?me mort livret. Je n'ai peur de personne. On me fouet- tait au r6giment pour m'emp?cher de boire? et on me demandair: �? Eh bien!. tu le feras encore? -- g ]e le fetal ! que je disaisc. Pourquoi aurais-je eu peur d'eux? �oil? comme je suis. le suis comme Dieu m'a fait. J'avais jut6 de ne plus boire, et je ne buvais plus. Je me suis remis ? boire et m?intenant je bois et je n'ai peur de personne. Car je ne mens pas, je suis comme je suis... Et pourquoi en avoir

peur, de cette fiente ? Prenez-moi tel que je suis. ..? Un pope me disait que le diable, c'est celui qui se vante. I)?s que tu te mete ? te vanter, disait-il, la peur te prend; et d?s que tu as peur des gens, le Malin te saisit aussitbt et t'emporte. Et si je n'ai pas peur des gens, je me sens alors ? mon aise, et je lui crache dans la barbe, ? ce porte-comes... Que l'on donne ? sa m?re un cochon pour marl! il Dioit,zed by