Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/69

Cette page a été validée par deux contributeurs.


à l’égard des Français, de même qu’à présent, pas plus qu’autrefois, nous n’éprouvons de haine particulière à l’égard des Allemands.

On nous dit que l’Allemagne a de mauvaises intentions à l’égard de la Russie, que la Triple Alliance menace la paix de l’Europe et nous-mêmes, et qu’enfin notre union avec la France égalisera les forces et assurera la paix. Mais cette affirmation est si évidemment stupide, qu’on aurait conscience à la soutenir sérieusement. Car, enfin, pour que notre alliance assurât la paix, il faudrait que les forces en présence fussent mathématiquement égales. Si le plateau de la balance penche du côté franco-russe, c’est là qu’est le danger. En voici un autre très grave : s’il était dangereux, hier,