Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/39

Cette page a été validée par deux contributeurs.


lot, en apparence très sain d’esprit, sauta un jour à la mer en criant : « Vive la France ! » Quand on l’eut tiré de l’eau, on lui demanda pourquoi il s’était jeté par-dessus bord ; il répondit qu’il avait fait vœu, en l’honneur de la France, de faire en nageant le tour de son navire.

Ainsi, l’enthousiasme, que rien n’arrêtait, grandit de plus en plus comme une boule de neige humide que l’on fait rouler, et il atteignit un tel degré que, non seulement les gens nerveux, mais même les personnes les plus fortes et les plus saines furent emportées par le courant et se trouvèrent dans un état d’esprit tout à fait anormal.

Je me souviens que moi-même, lisant distraitement une de ces descriptions de l’accueil enthousiaste fait à nos marins, je