Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/189

Cette page a été validée par deux contributeurs.


que les Gouvernements attisent ; on cesserait de porter aux nues les exploits militaires, c’est-à-dire le meurtre ; on cesserait, surtout, de respecter la puissance, de lui donner son travail et de lui obéir, à elle qui n’est fondée sur rien, que sur le patriotisme.

Si ces choses pouvaient se réaliser, aussitôt la foule énorme des hommes faibles et dirigés du dehors se porterait du côté de la nouvelle opinion publique qui détrônera l’ancienne.

Que les Gouvernements dirigent les écoles, les imprimeries, qu’ils disposent de milliards de roubles et de millions d’hommes transformés en machines : toute cette organisation de force brutale, qui semble si terrible, n’est rien devant la cons-