Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - L’Esprit chrétien et le patriotisme.djvu/184

Cette page a été validée par deux contributeurs.


térature et, bien qu’il taise la vérité pour ne pas soulever contre lui le Gouvernement et la société, il ne doute pas qu’il n’en tire profit ; un quatrième est en guerre directe avec l’ordre existant, comme les révolutionnaires, les anarchistes, et il croit fermement que le but qu’il poursuit est si noble que ni le silence, qu’il est obligé de garder sur la vérité, ni même le mensonge, auquel il est condamné pour atteindre son but, ne nuisent à la noblesse de ses actions.

Pour que notre ordre social, contraire à la conscience des hommes, fît place à un ordre qui y fût conforme, il faudrait que la vieille opinion publique usée fût remplacée par une opinion plus jeune et pleine de vie. Or, pour cela, il faudrait que les