Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/556

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Carlsbad, mais depuis mon retour je vois que je ne suis pas seul de mon espèce.

— Les opinions personnelles sont de peu d’importance quand la Russie entière se prononce.

— Mais le peuple ne sait rien du tout.

— Si papa, — interrompit Dolly, occupée jusque-là de son petit monde, auquel le vieux gardien des abeilles prenait un vif intérêt. — Vous rappelez-vous, dimanche, à l’église ?

— Eh bien ? que s’est-il passé à l’église ? Les prêtres ont ordre de lire au peuple un papier auquel personne ne comprend un mot. Si les paysans soupirent pendant la lecture, c’est qu’ils se croient au sermon, et s’ils donnent leurs kopeks, c’est qu’ils s’imaginent qu’on leur parle de sauver des âmes. Mais comment ? c’est ce qu’ils ignorent.

— Le peuple ne saurait ignorer sa destinée ; il en a l’intuition, et dans des moments comme ceux-ci il le témoigne, » dit Serge Ivanitch fixant avec assurance les yeux sur le vieux garde debout au milieu d’eux, une jatte de miel à la main, et regardant ses maîtres d’un air doux et tranquille, sans rien comprendre à leur conversation. Il se crut cependant obligé de hocher la tête en se voyant observé, et de dire :

« C’est comme cela, bien sûr.

— Interrogez-le, dit Levine, vous verrez où il en est. As-tu entendu parler de la guerre, Michel ? demanda-t-il au vieillard ; tu sais, ce qu’on vous a lu dimanche à l’église ? Faut-il nous battre pour les chrétiens ? qu’en penses-tu ?