Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/502

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Entraînée par ses pensées, elle oublia un moment sa douleur et fut surprise quand la calèche s’arrêta. Le suisse, en venant au-devant d’elle, la fit rentrer dans la réalité.

« Y a-t-il une réponse ?

— Je vais m’en informer, dit le suisse, et il revint un moment après avec une enveloppe de télégramme, Anna lut :

« Je ne puis rentrer avant dix heures.

« Wronsky. »

— Et le messager ?

— Il n’est pas encore de retour. »

Un besoin vague de vengeance s’éleva dans l’âme d’Anna, et elle monta l’escalier en courant. « J’irai moi-même le trouver, pensa-t-elle, avant de partir pour toujours. Je lui dirai son fait. Jamais je n’ai haï personne autant que cet homme ! » Et, apercevant un chapeau de Wronsky dans l’antichambre, elle frissonna avec aversion. Elle ne réfléchissait pas que la dépêche lui était une réponse à la sienne, et non ou message envoyé par un exprès, que Wronsky ne pouvait encore avoir reçu. « Il est chez sa mère, pensa-t-elle, causant gaiement, sans nul souci des souffrances qu’il inflige… » Et, voulant fuir les horribles pensées qui l’envahissaient dans cette maison dont les murs l’écrasaient de leur terrible poids : « Il faut partir bien vite, se dit-elle sans savoir où elle