Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/357

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


auprès des dames. L’entretien fini, il offrit à Dolly de visiter l’intérieur du bâtiment.

Un large escalier de fonte conduisait au premier étage, où d’immenses fenêtres éclairaient de belles chambres aux murs recouverts de stuc, dont les parquets restaient seuls à terminer.

Wronsky expliqua la distribution des pièces, le système de ventilation et de chauffage, fit admirer aux visiteurs les baignoires en marbre et les lits à sommier, les brancards pour transporter les malades et les fauteuils roulants. Swiagesky, et surtout Dolly étonnée de tout ce qu’elle voyait, faisaient de nombreuses questions et ne dissimulaient pas leur admiration.

« Cet hôpital sera le seul de son genre en Russie », remarqua Swiagesky, très capable d’apprécier les perfectionnements introduits par le comte.

Dolly s’intéressa à tout. Wronsky, heureux de l’approbation qu’on lui témoignait et plein d’une animation sincère, lui fit une impression excellente. « Il est vraiment bon et digne d’être aimé », pensa-t-elle, et elle comprit Anna.


CHAPITRE XXI


« La princesse doit être fatiguée, et les chevaux ne l’intéressent peut-être guère, — fit remarquer Wronsky à Anna, qui proposait de montrer à Dolly le haras, où Swiagesky voulait voir