Ouvrir le menu principal

Page:Tolstoï - Anna Karénine, 1910, tome 2.djvu/317

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


venait pas, et l’enthousiasme de Vassinka pour l’hospitalité des paysans, la bonne odeur du foin, et l’intelligence des chiens couchés à leurs pieds, les tint éveillés.

Oblonsky leur raconta une chasse à laquelle il avait assisté l’année précédente chez Malthus, un entrepreneur de chemins de fer, riche à millions.

Il décrivit les immenses marais gardés du gouvernement de Tver, les dog-cars, les tentes dressées pour le déjeuner.

« Comment ces gens-là ne te sont-ils pas odieux ? dit Levine se soulevant sur son lit de foin ; leur luxe est révoltant, ils s’enrichissent à la façon des fermiers d’eau-de-vie d’autrefois, et se moquent du mépris public, sachant que leur argent mal acquis les réhabilitera.

— C’est bien vrai ! s’écria Weslowsky. Oblonsky accepte leurs invitations par bonhomie, mais cet exemple est imité.

— Vous vous trompez, reprit Oblonsky ; si je vais chez eux, c’est que je les considère comme de riches marchands ou de riches propriétaires, qui doivent la richesse à leur travail et à leur intelligence.

— Qu’appelles-tu travail ? Est-ce de se faire donner une concession et de la rétrocéder ?

— Certainement, en ce sens que si personne ne prenait cette peine, nous n’aurions pas de chemins de fer.

— Peux-tu assimiler ce travail à celui d’un homme qui laboure, et d’un savant qui étudie ?