Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/396

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


d’après la morale la plus élémentaire ; c’est une lâcheté. C’est pourquoi les célibataires qui ne veulent pas vivre comme des lâches ne doivent pas faire cela.

Afin de pouvoir s’en abstenir, outre qu’ils doivent mener une vie naturelle : ne pas boire, ne pas se gaver, ne pas manger de viande, ne pas éviter le travail (non pas une gymnastique mais le travail qui fatigue et n’est pas un amusement), ils ne doivent pas admettre la possibilité d’une union avec les femmes des autres pas plus qu’on n’admet une union de ce genre avec sa mère, ses soeurs, ses patientes et les femmes de ses amis.

Tout homme trouvera autour de lui des centaines d’exemples prouvant que la continence est possible et qu’elle est moins dangereuse et moins nuisible à la santé que l’incontinence.

Voilà pour le premier point.

Deuxièmement. Je pense que dans notre société, grâce aux idées sur les relations amoureuses, considérées non seulement comme conditions nécessaires de santé et de plaisir, mais comme le bien poétique et sublime de la vie, l’infidélité conjugale est devenue dans toutes les classes de la société (et surtout chez les paysans, grâce au service militaire) la chose la plus ordinaire.

Je crois que c’est mal. Et la conclusion c’est qu’il ne faut pas le faire.

Et pour ne pas faire cela, il faut que les idées sur