Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/283

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


actions aussi nuisibles que celles d’orner le corps de facon à éveiller la sensualité, comme le font les femmes de notre société. Autant établir des traquenards le long de nos voies publiques, ou pis encore ! Pourquoi les jeux de hasard sont-ils interdits alors qu’on ne défend pas que les femmes se promènent en costumes excitant la sensualité ? Elles sont mille fois plus dangereuses.