Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/250

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



II

Dès que le vieillard fut sorti, une conversation générale s’engagea.

— En voilà un papa du vieux temps, dit le commis.

— C’est un Domostroy [1] personnifié, dit la dame. Quelles idées sauvages sur la femme et le mariage !

— Oui, nous sommes loin encore des idées européennes sur le mariage, dit l’avocat.

— L’essentiel, et ce que ne comprennent pas les gens comme celui-là, reprit la dame, c’est que le mariage sans amour n’est pas le mariage, c’est que seul l’amour consacre le mariage. Le vrai mariage est celui qui est consacré par l’amour. Le commis écoutait et souriait, s’efforçant de

  1. Livre du moine Sylvestre où étaient exposées les règles de la vie familiale du temps d’Ivan le Terrible.