Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/236

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


que portaient encore les branches. Jules se mit au travail. Il trouva quelques raisins, et les apporta dans la corbeille du vieillard.

— Regarde, lui dit le vieillard, en quoi ces raisins sont-ils inférieurs à ceux des autres vignes ? « Marchez pendant que vous avez la lumière », disait notre Maître. « C’est ici la volonté de Celui qui m’a envoyé : que quiconque contemple le Fils et croit en lui ait la vérité éternelle, et je le ressusciterai au dernier jour. Car Dieu n’a point envoyé son Fils dans le monde pour condamner le monde, mais afin que le monde soit sauvé par lui. Celui qui croit en lui ne sera point condamné, et celui qui ne croit point est déjà condamné parce qu’il n’a pas cru au nom du Fils unique de Dieu. Or voici la cause de la condamnation : c’est que la Lumière est venue dans le monde et que les hommes ont mieux aimé les ténèbres que la lumière parce que leurs œuvres étaient mauvaises. Car celui qui fait le mal hait la lumière et ne vient point à la lumière de peur que ses œuvres ne soient reprises. Mais celui qui agit selon la vérité vient à la lumière afin que ses œuvres soient manifestées parce qu’elles sont faites selon Dieu ». Ne te décourage pas, mon fils, car nous sommes tous enfants de Dieu et ses serviteurs ; nous sommes tous soldats de son armée. Crois-tu qu’il n’y a pas d’autres serviteurs que toi ? Supposons que tu te sois dévoué à son service dans la fleur de l’âge,