Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/225

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



IX

À ce moment le fils de Pamphile se précipita dans l’appartement et vint se serrer contre son père.

Malgré toutes les caresses que lui avait prodiguées la femme de Jules, il l’avait laissée pour venir se réfugier près de son père. Pamphile poussa un soupir, caressa son fils et se leva. Jules le retint à dîner, et continua la conversation.

— Ce qui m’étonne, dit-il, c’est que tu te sois marié et que tu aies des enfants. Je ne puis pas comprendre comment vous autres chrétiens, vous pouvez élever vos enfants, niant la propriété ? Comment vos mères peuvent-elles être tranquilles en pensant à l’avenir précaire de leurs enfants ?

— Pourquoi nos enfants sont-ils moins garantis que les vôtres ?

— Parce que vous n’avez ni esclaves ni biens. Ma