Page:Tolstoï - Œuvres complètes vol27.djvu/214

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Christ : ne point se quereller, ni jurer, ni commettre de violence, ni pousser une nation à l’inimitié contre une autre. Mais ils se trompent, car ils prennent la fin pour les moyens.

Leur vrai but est d’empêcher les querelles, les injures, la débauche, etc, ; et ce but ne peut être atteint que par les moyens de la vie sociale. Ils présentent les faits comme un professeur de tir qui dirait à son élève : « Vous atteindrez très facilement le centre de la cible si vous laissez la flèche suivre une ligne droite ». Oui, mais la difficulté est de faire que cette flèche suive cette ligne droite. Voilà le problème. Dans le tir à l’arc, la difficulté est résolue moyennant plusieurs conditions : corde de l’arc bien tendue, arc élastique, flèche droite. Il en est ainsi de la vie des hommes. La meilleure vie, celle qui fera disparaître ou décroître le nombre des querelles, l’immoralité, le meurtre peut être atteinte si vous avez la corde de votre arc bien tendue, c’est-à-dire des gouvernants ; votre arc élastique, c’est-à-dire le pouvoir reposant dans l’autorité ; et votre flèche droite, c’est-à-dire des lois justes. Mais ce n’est pas tout, continua le médecin ; supposons qu’une chose absurde, impossible, soit arrivée, que toutes les croyances fondamentales et le christianisme puissent être communiqués au moyen de gouttes quelconques, que, soudainement, tous les hommes se mettent à remplir la doctrine du Christ, à aimer Dieu et leur prochain, à exécuter