Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol19.djvu/205

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.



LE CIERGE
(1885)

Vous avez entendu qu’il a été dit : œil pour œil, et dent pour dent.

Mais moi, je vous dis de ne pas résister à celui qui vous fait du mal.

(Matthieu, v, 38-39,)


C’était au temps des seigneurs. Il y en avait de diverses sortes. Certains n’oubliaient pas l’heure de la mort et craignaient Dieu ; ils avaient pitié des hommes. D’autres étaient de vrais chiens. Mais les pires de tous les chefs étaient ceux qui, d’anciens serfs sortis de la boue, étaient devenus maîtres à leur tour. C’étaient ceux-ci surtout qui faisaient la vie dure aux pauvres gens.

Dans un domaine seigneurial, il y avait un certain gérant. Les paysans faisaient la corvée. Les