Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/384

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


tecture compliquée, et dont le toit de fer, non encore peint, étincelait au soleil. Une autre construction, encore entourée d’échafaudages, s’élevait à côté, et des ouvriers en costume de travail alignaient les briques et versaient la chaux.

— L’ouvrage avance rapidement chez vous, remarqua Sviajski ; la dernière fois que je suis venu le toit n’était pas encore posé.

— Ce sera terminé pour l’automne, car l’intérieur est presque achevé dit Anna.

— Et quel est ce nouveau bâtiment ?

— Un logement pour le médecin, et une pharmacie, répondit Vronskï ; et voyant approcher l’architecte en paletot, il s’excusa près des dames, et alla le rejoindre. Il contourna la fosse d’où les ouvriers tiraient de la chaux, rejoignit l’architecte et se mit à lui parler avec animation.

— Le fronton est encore trop bas, répondit-il à Anna qui lui demandait de quoi il s’agissait.

— Je disais bien qu’il fallait soulever la base, dit-celle-ci.

— Sans doute, Anna Arkadiévna, ce serait mieux mais c’est fait, dit l’architecte.

— Oui, je m’intéresse beaucoup à cette construction, dit Anna à Sviajski qui montrait de l’étonnement à la voir discuter ainsi avec l’architecte. Le nouveau bâtiment doit correspondre à l’hôpital tandis qu’il a été conçu après et sans plan.

L’entretien avec l’architecte terminé, Vronskï