Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/270

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


da-t-elle s’avançant vers lui avec son aimable visage souriant.

— Pas un seul, répondit Serge Ivanovitch, et vous ?

Elle ne lui répondit pas, occupée des enfants qui l’entouraient.

— Encore un, près de la branche, dit-elle, indiquant à Macha un petit champignon coupé au milieu d’une herbe séchée à laquelle il était attaché. Cela me rappelle mon enfance, ajouta-t-elle en s’éloignant avec Serge Ivanovitch.

Ils firent silencieusement quelques pas. Varenka voyait qu’il désirait parler ; elle devinait ce qu’il voulait dire et tremblait d’émotion, de joie et de crainte.

Ils étaient maintenant si loin que personne ne pouvait les entendre, cependant il se taisait encore. Varenka aussi préférait le silence ; il serait plus facile de dire ensuite ce qu’ils avaient à se dire, qu’après les propos sur les champignons. Cependant, presqu’involontairement elle prononça :

— Ainsi vous n’avez rien trouvé ? Du reste, au milieu du bois, il y a toujours moins de champignons.

Serge Ivanovitch soupira sans répondre ; il était contrarié de cette phrase sur les champignons ; il aurait voulu revenir aux paroles qu’elle avait dites de son enfance ; mais malgré lui, après un court silence, il répondit à ses dernières paroles :