Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol17.djvu/208

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


— Serioja, répéta-t-elle à l’oreille de l’enfant.

Il se souleva de nouveau sur le coude et tourna la tête comme s’il cherchait à comprendre. Pendant quelques secondes il regarda sa mère qui était immobile devant lui, ensuite, tout d’un coup, il sourit de bonheur et les yeux à demi fermés par le sommeil, il se jeta non sur son oreiller mais dans ses bras.

— Serioja ! mon cher petit ! balbutia-t-elle suffoquant et serrant son petit corps potelé entre ses bras.

— Maman ! murmura-t-il, se retournant entre les bras de sa mère pour s’y appuyer de la façon la plus commode. Et toujours les yeux fermés, il saisit d’une main son épaule et s’y appuya, lui communiquant cet agréable parfum de sommeil et de chaleur propre aux enfants.

— Je savais bien, fit-il, entr’ouvrant les yeux, c’est mon jour de naissance ; je savais bien que tu viendrais. Je vais tout de suite me lever.

Et tout en parlant il se rendormait.

Anna le regardait avidement ; elle remarquait combien il avait grandi et changé en son absence. Elle reconnaissait avec peine ses jambes devenues si longues, ses joues allongées, ses cheveux courts bouclés sur la nuque qu’elle embrassait si souvent. Elle pressait tout cela et ne pouvait parler ; les larmes l’étouffaient.