Page:Tolstoï - Œuvres complètes, vol13.djvu/393

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


grossière de l’homme qui, voulant hâter l’éclosion d’une fleur, en froisserait le bouton et commencerait à développer la fleur en ouvrant les pétales.