Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/97

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.
87
ET LA RÉVOLUTION FRANÇAISE

rez emboucher la trompette en leur faveur, et vous prendrez garde que les journalistes ne rendent pas nos écrivains suspects… » (Instruction pour le grade d’Épopte Illuminé, Barruel, t. III.)

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

«… Lorsqu’un écrivain annonce des principes qui sont vrais, mais qui n’entrent pas encore dans notre plan d’éducation pour le monde ou bien des principes dont la publication est prématurée, il faut chercher à gagner cet auteur. Si nous ne pouvons pas le gagner et en faire un adepte, il faut le décrier

«… Si un Régent croyait venir à bout de faire supprimer les maisons religieuses, et appliquer leurs biens a notre objet, par exemple à l’entretien de maitres d’école convenables pour les campagnes, ces sortes de projets seraient spécialement bienvenus des supérieurs

«… Quand, parmi nos adeptes, il se trouve un homme de mérite, mais peu connu, et même entièrement ignoré du public, n’épargnons rien pour l’élever, pour lui donner de la célébrité… Que nos frères inconnus soient avertis d’enfler partout en sa faveur les trompettes de la Renommée… » (Instructions du Régent, ou Prince Illuminé. Cité par Barruel, t. III, chap. xv.)

· · · · · · · · · · · · · · · · · · · · ·

«… Celui-là sera infâme, qui aura violé le serment fait sur l’honneur de ma société. De quelque rang qu’il soit, il sera proclamé infâme dans tout l’ordre ; il le sera sans rémission et sans espoir ! Je veux qu’ils en soient prévenus ; qu’ils pèsent mûrement combien il est terrible, ce serment fait sur mon Ordre ; je veux qu’on leur en présente clairement et vivement toutes