Page:Talmeyr - La franc-maçonnerie et la révolution française.djvu/88

Cette page a été validée par deux contributeurs.
78
LA FRANC-MAÇONNERIE


les uns ou écarter les autres. Quant à l’adepte Insinuant, il en connaîtra mieux les sujets dont il peut proposer la réception, et ceux qu’il croit devoir exclure. Dans les notes qu’il envoie chaque mois, il ne manquera pas d’exposer les raisons de l’un ou de l’autre… » (Écrits originaux, réforme des Statuts, articles 9, 13 et suite ; Instruction pour les Insinuants, section xi, n° 1 ; pour les Insinués, n° 1, 3, 5, etc. Lettre 4, à Ajax.)

« Tandis qu’il est ainsi tout occupé à connaître les autres, le Frère Insinuant se gardera bien de se faire connaître lui-même comme Illuminé. La loi est expresse pour tous les Frères ; elle est spécialement requise pour le succès des Enrôleurs. C’est à eux aussi que le Législateur recommande tout cet extérieur de vertu, de perfection, et le soin d’éviter les scandales, dont la suite serait de les priver de leur autorité sur les esprits. (Écrits originaux, t. II, lettres 1 et 9.)

C’est pour les Frères Enrôleurs surtout que la loi porte : « Appliquez-vous à l’art de vous contrefaire, de vous cacher, de vous masquer, en observant les autres, pour pénétrer dans leur intérieur… » (Écrits originaux, t. I. p. 40, n° 5, 6 et 8.)