Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/186

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


Une buée couleur d’ardoise, où meurent, çà et là, des roses défaillantes, confond les avenues sous ses troubles réseaux. Le sol, d’un jaune impénétrable — silex et terre cuite — résonne sous les pas, ainsi qu’une dalle funèbre. Tout en haut, les étoiles rèches de décembre fulgurent peu à peu, tandis que, vers l’Orient, s’affirme une lune blême, aiguë et pâle comme un couteau d’acier.

La rue a mis sa bêtise des jours carillonnés, les passants, leur hideur du dimanche. C’est un vomissement des arrière-boutiques, une mise au jour de tous les batraciens que cachent, en semaine, les bureaux. Les voyous nationalistes et antisémites font trêve aux clameurs assassines pour offrir aux chalands des jouets scatologiques ou du poil à gratter. Urbanité française ! Les échoppes des camelots encombrent la chaussée de mille inventions abjectes, depuis les cartes pornographiques jusqu’aux Bons Dieux en chromo. Et ce sont des toupies bombinantes, des flageolets aux sons aigus, des musiques térébrant le cerveau.

Les cathédrales font au boulevard une déloyale concurrence. Messieurs les archiprêtres organisent, dans leurs édifices réciproques, de funestes beuglants, annoncent Mme de Trédern pour les pince-chose et la messe de mi-