Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/156

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


L’on connaît combien, depuis Amphion, les hommes doivent de secours aux hôtes écailleux et dévoués de l’antique Océan. Je rêve, non sans quelque vanité, que, grâce à la présentation de maître Désiré Bourgoint, Vervoort m’extraira, peut-être, d’un bain malencontreux, me ramènera, cet été, vers la baie de Douarnenez ou la côte d’Hendaye, entre le ciel d’azur et l’onde cérulée, à califourchon sur sa croupe de myosotis.

Le blacboulé des Grandes-Carrières — Vervoort qui fit la sienne d’avoir une cadette bien en chair — montre peu de philosophie devant les rigueurs du suffrage universel. Renonçant au mutisme spécifique, il confabule ou du moins invite à fabuler, en son lieu, maints huissiers de Paris. Philippe Dubois, Le Pic, Ibels et moi-même, messieurs, sans nulle vanité, ceux que divertirent ses ébats maritimes, ceux qui lui donnèrent une place dans leurs vers, leur prose ou leurs croquis, ont éprouvé le phénomène. Oui Vervoort a proféré des sons et voilà un miracle bien idoine à déprécier l’ânesse de Balaam.

Et pour comble d’horreur les [lape]reaux parlèrent !

Nous l’avions ouï, déjà, pousser maintes bulles et donner des nageoires devant l’autel de Domrémy. Jeanne