Ouvrir le menu principal

Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/151

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


prennent leurs invalides en ces papiers qu’ils font, du cannibale Guérin au père Vascagat. Ainsi est-on dreyfusard par élégance, loin des clairières maudites où les vieilles patriotes, Gyp, Bovet ou Lucie Faure marmitonnent la cuisine du drapeau.

Votre camarade Tybalt prend ses raisons de la Bible italique dont il fait — c’est Ledrain qui l’atteste — son livre de chevet : Exortum est in tenebris lumen rectis, dit-il avec cette émotion véhémente que vous lui connaissez.

Il faut, en outre, recenser les gens qui, mystifiés d’abord, se targuaient de clairvoyance. La déposition des experts les éclaira. La tenue des officiers dégoûta les personnes bien apprises. Tels ont frémi à la pensée de Cavaignac dictateur. Le suicide obligatoire d’Henry ouvrit les yeux du plus grand nombre. L’ignominie antisémite fit le reste. Je ne parle point du Syndicat, ne l’ayant jamais rencontré dans mes caravanes, de quoi vous me voyez tout à fait marri.

Son regard s’éplora vers le hanap quasi étanche. Il vida la coupe de houblon, rêva, puis brusquement :

— Et vous, dit-il, comment l’êtes-vous devenu ? — Moi !