Page:Tailhade - À travers les grouins, 1899.djvu/137

Le texte de cette page a été corrigé et est conforme au fac-similé.


votre personne le meilleur de sa vertu. Vous n’avez pas, si je l’ose dire, de ceinture aux flancs, tandis que la plupart de nos frères, comme Jean Lorrain, en portent volontiers deux paires plutôt qu’une. Funeste effet des accointances mondaines et de la familiarité des princesses ! Dans nos saintes demeures où ne respire que l’amour de Dieu, la charité envers ses créatures ; où la savate de humilité, le moutardier de pénitence ouvrent l’intellect des jeunes enfants aux bienheureuses amours, de pareils accidents ne se produisent jamais.

Nous avons les ongles noirs, l’haleine fétide et le pied caséeux. Nous nous distinguons du commun des hommes par l’énormité de nos épaules, sans compter le reste. Mais doués, comme l’on nous voit, de ces fortes qualités, nous dédaignons, en même temps, les bienséances et l’hydrothérapie. Nous exhibons avec sérénité, devant la foule, tous les dons que le ciel, dans son infinie miséricorde, a bien voulu nous impartir.

Vous auriez dû faire cette conférence. Vous avez déjà rendu à notre Sainte Mère Église d’inappréciables services. Il n’a pas tenu à nous que l’esprit d’investigation démuselé par les Encyclopédistes et cet infâme Voltaire